Noa Trail

Les Zinzins Belges en Argentine

By 5 décembre 2017 No Comments

Fraichement débarqués, Huguette et Patrick reviennent sur leur séjour passé en terre amérindienne du 7 au 19 novembre dernier.
Anecdotes, moments forts, rencontres ou mésaventures, les Zinzins Belges* nous disent tout !

*  Groupe d’amis belges un peu déjanté

1. Vous avez participé au Kimbia Kenya en 2016, qu’est ce qui vous a poussé à tenter l’aventure Noatrail en Argentine ?

Huguette : Le Kimbia Kenya m’a beaucoup plu. Je connaissais déjà le principe, j’avais envie de découvrir une nouvelle destination. C’était d’ailleurs très différent ! Le Kenya c’est beaucoup d’émotions et de rencontres, l’Argentine c’est des paysages magnifiques. Les étapes sont plus difficiles à cause de l’altitude notamment mais les panoramas incroyables nous font vite oublier la douleur.

Patrick :
 Je ne connaissais pas l’Amérique du Sud alors c’était avant tout la découverte d’un nouveau continent, une nouvelle expérience. Le Kenya m’attirait pour son côté humain, l’Argentine pour la beauté de ses paysages et le beau temps !

2. Le Noatrail c’est une course d’une centaine de kilomètres en 6 étapes ! En terme de paysages, quelle étape a été la plus marquante ? Laquelle a été la plus difficile ?

Huguette : Je me souviens particulièrement de la première étape, celle « d’acclimatation » (soi-disant). C’était quand même une petite mise en jambes de 7km et le tout dans le sable fin ! J’ai cru que j’allais mourir ! Je n’étais vraiment pas préparée psychologiquement, on venait de descendre de l’avion. J’ai souffert également pendant l’étape sur la mer de sel (Salinas Grandes). L’altitude et le soleil ont eu raison de moi ! Ça reste tout de même une étape incroyable.

Patrick :
 La 1ère étape (Quebrada de las Conchas) qui sert d’acclimatation était splendide ainsi que la 3ème à Cachi. Nous avons un peu souffert de l’altitude mais le décor était sublime. Les paysages étaient fort changeants tout le long du parcours, c’était un vrai plaisir de courir ici. L’ultime étape se déroulait dans les Salinas Grandes. C’est quelque chose à voir une fois dans sa vie. Moralement, cette étape est quand même très dure. C’est une ligne droite, on voit donc celui qui nous précède tout le long [tu n’avais qu’à être devant Patrick 😉 ndlr] et il fait très chaud.

Argentine Noatrail aventureArgentine Noatrail aventure plaisirArgentine Noatrail aventure sport

3. Ce voyage c’est un peu comme une petite colonie de vacances ! Que diriez-vous de l’ambiance au sein de la famille Noatrail 2017 ?

Huguette : L’ambiance était géniale ! Nous n’étions pas très nombreux et le groupe était très homogène. Nous sommes restés tout le séjour ensemble. Tout le monde était là avec le même objectif : passer de belles vacances et s’amuser !  Ça ne dure que 15 jours, il faut profiter à fond.

Patrick :
 C’est exactement ça, une vraie famille à l’autre bout du monde ! L’ambiance était joyeuse et très conviviale.

4. Après l’effort le réconfort… On sait que les belges aiment faire la fête ! Parlez-nous un peu de vos soirées argentines ?

Patrick : Nous avons été plutôt sages ! Nous étions fatigués de nos journées et nous dinions relativement tard. Nous nous sommes tout de même bien rattrapés le soir de la dernière étape. Nous avons passé une vraie soirée argentine autour d’un énorme BBQ, le fameux asado. Nous avons vraiment bien mangé !  Il y avait un groupe musical composé d’un orchestre et de petits enfants qui jouaient de la flute de pan.

Huguette :
 Nous avons même dansé avec le cuisinier. Il nous a appris une danse locale. Je dois dire que ce soir là on s’est un peu lâché… C’était très festif !

tango zinzins belges

5. Et le tango, ça donne quoi ?

Patrick : Pour être honnête, j’ai séché la soirée tango ! J’ai préféré aller boire un verre avec d’autres coureurs. Le tango ce n’est vraiment pas ma tasse de thé.

Huguette :
 Lors d’une soirée à Buenos Aires, un argentin m’a invité à danser le Tango ! J’ai fait ce que je pouvais … jusque 2h00 du matin tout de même ! [apparemment Huguette avait fait ses gammes dans les rues de Buenos Aires 💃🏼 ndlr]

6. Et sinon, vous faire comprendre n’a pas été trop compliqué avec votre accent belge ?

Huguette : Non ça va ! Pour être honnête je n’ai pas vraiment eu besoin de parler. Rémi (guide) et Jean-Marc (participant) étaient nos traducteurs. Par contre, les français ont un accent vraiment spécial et puis ils ne comprennent pas toujours les expressions belges.
Justement, peux-tu nous donner quelques exemples ?
On a bon : on est bien
On est barloqué : on est «balancé» à droite et à gauche
[et bien on comprend mieux pourquoi les belges avaient du mal à se faire comprendre ! ndlr]

7. Allez, soyez honnêtes … Plutôt frites ou empanadas ?

Huguette : FRITES bien sûr ! Les empanadas il y a trop de viande ! Bon, je n’aime pas trop la viande en général !

Patrick :
 Aucun des deux ! Les frites j’en mange mais je n’en raffole pas. Les empanadas c’est bon mais sans plus ! Sincèrement, ça ne vaut pas une bonne crêpe Findus qu’on trouve dans le rayon des surgelés en Belgique. Par contre, je dois reconnaître la qualité de la viande et la diversité des morceaux qu’ils proposent dans les restaurants.

8. Nous aimerions l’avis d’un expert sur la Quilmes (bière argentine)

Huguette : Vous n’allez pas me croire, mais je ne bois pas beaucoup de bières. J’ai goûté quelques gorgées, c’était correcte mais la bière reste meilleure en Belgique !

Patrick :
 Nous avons goûté la Quilmes et la Salta pendant notre séjour. Je dirais que c’était… BUVABLE ! Rien ne vaut une bière belge.

9. Que pensent nos amis belges du vin argentin ?

Patrick : Le vin argentin, je connaissais déjà, comme le Malbec par exemple, et je dois avouer qu’il est très bon.

10. Une petit anecdote à nous raconter ?

Huguette : Le dernier soir après le repas nous sommes allés boire un verre (ou deux …) en ville. Il n’y avait pas de taxi pour remonter à l’hôtel. J’ai donc demandé à des policiers de me ramener ! Mais Huguette, vous ne parlez pas espagnol !?
A deux heures du matin, avec un verre à la main, on arrive toujours à se faire comprendre vous savez – Quoique ça n’a pas marché ! Ils ont refusé.

11. Le Noatrail en une phrase :

Huguette : C’est un voyage exceptionnel et magique pour ses paysages : à faire et à refaire

Patrick :
 Une belle découverte dans une ambiance conviviale et sympathique. C’est un trail qu’il faut faire absolument pour la beauté des sites et des paysages.